Comment ils tuent la liberté d'expression

De nouveau, c'est la curée !

Si vous ne visualisez pas correctement cet e-mail, cliquez ici

Madame, Monsieur,

Vous faites partie des citoyens qui sont conscients que la liberté d'expression est gravement menacée dans notre pays.

Malheureusement, beaucoup de personnes ne s'en rendent pas compte.

C'est pourquoi nous vous sollicitons, aujourd'hui, pour leur ouvrir les yeux.

Pour cela, quoi de plus parlant qu'un simple exposé des faits sur l'acharnement récent contre Eric Zemmour.

S'il vous plaît, faites circuler le message ci-dessous au plus grand nombre de personnes possible pour leur faire prendre conscience des méthodes révoltantes des censeurs bien-pensants.

C'est le meilleur moyen pour convaincre vos amis et connaissances de rejoindre, eux-aussi, le grand mouvement de soutien à la liberté d'expression lancé par Boulevard Voltaire.

Votre aide nous est précieuse dans ce juste combat. Et nous vous en remercions très sincèrement.

Bien cordialement,

L'équipe de Boulevard Voltaire
_________________________________

Méthodes des censeurs bien-pensants pour réduire au silence ceux qui ne pensent pas comme eux.

Le cas Eric Zemmour, octobre 2019

Le 29 septembre 2019, dans un discours très sombre prononcé à la Convention de la droite, Eric Zemmour  dit que "Tous nos problèmes aggravés par l'immigration sont aggravés par l'islam".

Crime de lèse politiquement correct !

Immédiatement, c'est la curée :

29/09 : 400 téléspectateurs font un "signalement" au CSA, Conseil supérieur de l'audiovisuel

30/09 : La société des journalistes du Figaro demande la peau d'Eric Zemmour, dans un courrier à la direction du journal : "salarié du Figaro, il se lâche à l'extérieur sans retenue(…) La SDJ demande à la direction de mettre un terme à cette situation ambigüe". Il se tait ou il est viré !

30/09 : SOS racisme lance une pétition contre son arrivée sur C News

01/10 : Le parquet ouvre une enquête pour "injures publiques" et "provocation publique à la discrimination, la haine ou la violence"

01/10 : le groupuscule des Sleepings Giants – ceux-là mêmes qui harcèlent Boulevard Voltaire pour l'asphyxier - commence le chantage sur les annonceurs publicitaires pour priver de financements les émissions d'Eric Zemmour.
Nutella, La Maïf, Groupama, Monabanq, Maître Coq, Aramis Auto (liste non exhaustive) refusent désormais de passer leur spot à l'heure de ses émissions

02/10 : l'association antiraciste La Maison des potes porte plainte pour incitation publique à la haine

03/10 : RTL met fin à sa collaboration avec Eric Zemmour

11/10 : la Société des journalistes de Canal + demande que C News stoppe sa collaboration avec le journaliste

02/11 : Le mouvement communautaire "Des dômes et des minarets" organise une manifestation anti-Zemmour devant CNews.

Pour les censeurs de la bien-pensance, tous les coups sont permis. Ils iront jusqu'au bout pour l'interdire de parole, le faire virer de son travail, et l'épuiser par harcèlement – y compris judiciaire.

Heureusement, la nouvelle émission d'Eric Zemmour sur C News a réuni la 1ère semaine une moyenne de 183.000 téléspectateurs. Soit le double de l'audience habituelle de la chaîne à cette heure-là !

Ce qui prouve qu'un grand nombre de Français ont soif d'informations et d'analyses non censurées par ce politiquement correct triomphant, odieux, qui stérilise tout débat.

Et Eric Zemmour a décidé de ne pas se laisser abattre : il vient de saisir la Cour européenne des droits de l'homme.

Ce qui prouve qu'on peut résister à cette tyrannie inacceptable, à condition d'avoir un courage hors du commun…

… et de savoir qu'on est soutenu et encouragé.

C'est pourquoi nous vous proposons aujourd'hui de rejoindre le grand mouvement de soutien à la liberté d'expression que nous avons lancé au lendemain de ce déferlement d'attaques sur Eric Zemmour.

Il s'agit de soutenir le droit – pourtant énoncé dans l'article 11 de la Déclaration des Droits de l'Homme, ce texte auquel ceux qui s'insurgent contre Eric Zemmour aiment tant se référer – le droit imprescriptible à la liberté d'opinion et d'expression.

JE SIGNE LE MANIFESTE POUR LA LIBERTÉ D'EXPRESSION

En signant ce Manifeste, nous vous demandons de faire un acte très fort :

Dire que vous refusez de courber l'échine, d'être condamné au silence, ou de voir condamner au silence et à l'opprobre des personnalités, journalistes ou autres, qui peuvent par leur analyses, apporter des solutions à ce que vous considérez – et c'est votre droit – comme des problèmes pour votre pays.

Ne rien faire, c'est laisser tous ces censeurs qui se gargarisent du mot démocratie pour mieux la nier, faire régner la terreur et gagner par KO.

Aujourd'hui, vous avez le pouvoir de dire STOP !

S'il vous plaît, signez le Manifeste pour la liberté d'expression.

JE SIGNE LE MANIFESTE POUR LA LIBERTÉ D'EXPRESSION

Et après l'avoir signé, transférez ce message à tous vos amis, pour leur demander de se joindre à ce grand mouvement salutaire pour la liberté d'expression et pour notre pays.

C'est extrêmement important.

Si chaque citoyen désireux de préserver la liberté d'expression arrive à faire signer 5, 10 ou 20 personnes autour de lui, nous pourrons constituer une force de résistance gigantesque qui empêchera les censeurs de la bien-pensance,  ces harceleurs, de se comporter en terrain conquis.

Il sera alors de nouveau envisageable de libérer la parole. Lors d'un déjeuner entre amis, collègues ou en famille. Sur les plateaux télé et dans colonnes de la presse. Durant les débats politiques.

Il sera alors de nouveau envisageable d'obtenir un débat d'idées loyal, sans lequel notre pays va droit dans le mur.

Librement,

L'équipe de Boulevard Voltaire


Vous recevez ce mail car vous êtes inscrit sur notre site bvoltaire.fr.

Si vous souhaitez vous désabonner de cette liste d'envoi,  cliquez ici